Passions apaisées et pardon
Dans le temps qu’on est outragé, ou lorsque la mémoire de l’injustice qu’on nous a faite est encore récente, on ne saurait exprimer les mouvements que la nature excite soit en l’âme soit au corps. Pour moi, je me représente une mer sur laquelle tous les vents sont déchaînés et qu’une horrible tempête agite et bouleverse en mille manières ; tantôt elle s’élève jusqu’au ciel, puis elle s’ouvre jusqu’aux abîmes ; tantôt elle est poussée vers le bord avec tant d’impétuosité qu’on dirait qu’elle vient couvrir tout le continent d’un seul flot.

Ce fut un grand prodige lorsque Jésus Christ se trouvant sur une mer ainsi agitée et ayant commandé aux vents et aux flots de s’apaiser, il se fit tout d’un coup un si grand calme qu’un moment après il ne resta pas la moindre trace d’un orage si furieux. Mais, à mon sens, la merveille est encore plus grande d’apaiser l’émotion du cœur qu’une injure a irrité. Un ennemi qui nous maltraite soulève toutes nos passions ; il excite la haine par celle qu’il nous témoigne, la tristesse par le mal qu’il nous cause, la honte et le dépit par le mépris qu’il fait voir qu’il a pour nous. Il faut qu’un chrétien, qui pardonne pour l’amour de Jésus Christ, arrête d’un seul coup, qu’il enchaîne, qu’il sacrifie à Dieu toutes ces furieuses passions.
Saint Claude La Colombière

+ + +

Dieu et son dessein d’amour
Tout, dit l’Apôtre, concourt au bien de ceux qui aiment Dieu. Mais l’un de vous dira peut-être : « Que m’importe ? », tout en repassant dans son cœur sans courage des pensées de ce genre : « Oui, qu’ils se glorifient de leur pouvoir d’enfants de Dieu (Jn 1, 12), ceux en qui l’élan du désir est plein de vigueur ; et qu’ils escomptent alors que tout concours à leur bien, eux qui aiment Dieu en vérité (cf. 1Jn 3, 18). Mais moi, je suis pauvre et malheureux (Ps 39, 18), à court d’élan filial, et manquant d’un empressement spirituel digne de Dieu. »
Or sois bien attentif à ce qui suit, dans ses écrits, il ne laisse aucun motif de désespérer, celui qui dit, dans un autre passage : Que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l’espérance (Rm 15, 4). Cet élan que tu réclames, c’est la paix, non pas la patience ; or la paix, c’est dans la patrie qu’elle se trouve, non pas sur le chemin qui y conduit.
Ayons donc l’espérance, même si nous ne pouvons encore acquérir la paix. C’est d’ailleurs pourquoi, après avoir dit que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, l’Apôtre a précisé avec beaucoup d’à-propos : Ceux qui, en raison de leur projet, sont appelés saints (Rm 8, 28). Ce terme de « saints » dans cette phrase ne doit pas t’effrayer, puisque ce n’est pas en raison d’un mérite, mais d’un projet qu’il les appelle saints – et pas non plus en raison de sentiments éprouvés, mais en raison du but poursuivi.
Saint Bernard de Clairvaux (+1153)

+  +  +

  • Père saint,
  • Toi qui as voulu que ton Verbe éternel naisse sur notre terre et grandisse dans une famille humaine avec tout l’amour d’un père et d’une mère ;
  • Toi qui nous as montré avec la Sainte Famille combien nos familles sont un bien précieux et un mystère sacré, signes et instruments de l’amour trinitaire ;
  • Envoie ton Esprit Saint, pour qu’Il donne à chacun d’accueillir la lumière que tu as inscrite en toute créature et dans tout l’Univers avec Sagesse et par Amour ; pour qu’Il ouvre les cœurs à la lumière de l’Évangile ;
  • Envoie ton Esprit Saint sur toutes les familles, pour que tout enfant ait la joie de grandir dans l’amour d’un père et d’une mère, de se construire dans la complémentarité d’une vraie différence sexuelle, d’être reçu comme un don et désiré comme une personne ;
  • Envoie ton Esprit Saint sur ton Église, pour qu’elle ait la force de témoigner publiquement avec justesse et douceur de l’Évangile de la Vie et de la vérité de l’amour, d’affronter sans crainte même au prix du martyre les forces contraires de la culture de mort ;
  • Envoie ton Esprit Saint sur les pouvoirs publics, pour qu’ils expriment avec sagesse dans la législation ce qui revient à chacun en toute justice, qu’ils soutiennent davantage les familles fondées dans l’institution du mariage.
  • Ô Vierge Marie, Mère du bel amour, prends sous ton manteau protecteur tous tes enfants qui se confient à toi, même ceux qui ne te connaissent pas encore, et surtout ceux à qui il aura manqué l’amour d’un père ou d’une mère !
  • Saint Joseph, gardien de la Sainte Famille, priez pour nous !
  • Amen.
    Prière proposée par les AFC (Associations Familiales Catholiques)

L’examen du projet de révision des lois de bioéthique doit revenir en séance à l’Assemblée nationale à partir du lundi 27 juillet

+

« Dans un contexte de difficultés économiques, sociales et sécuritaires profondes, exacerbées par la crise sanitaire que nous traversons, le Gouvernement décide de faire passer à marche forcée, au milieu de l’été, le nouveau projet de loi Bioéthique. Or celui-ci entraîne des bouleversements majeurs pour notre société. Cette précipitation est source de scandale. »  : premiers mots de la Déclaration de Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, sur le projet de loi Bioéthique en date du 23 juillet 2020. cliquez.

+++++++

« Sans vergogne, alors que notre pays vient de traverser une crise sanitaire qui l’a mis à genoux, la priorité du gouvernement est de faire adopter à l’Assemblée nationale le projet de loi bioéthique. Celui-ci porte en lui-même des basculements considérables modifiant gravement et dangereusement les fondements de ce que notre civilisation a construit pour le respect de l’homme, de sa dignité, de sa vie et de sa santé. Alors que la plupart des réformes importantes sont à reporter ou à revisiter, il n’y aurait pas d’autres urgences aujourd’hui que de faire passer en force et dans la discrétion du mois de juillet cet ensemble de lois qui touche à l’essence même de notre humanité. » ce sont les premiers mots d’une Tribune de Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, que vous pouvez retrouver dans sa totalité en cliquant ici.

+   +

L’examen du projet de révision des lois de bioéthique doit revenir en séance à l’Assemblée nationale à partir du lundi 27 juillet : la majorité présidentielle est déterminée à le faire adopter. Il révolutionne la «génération», la filiation et même l’espèce humaine. Les mesures qui pourraient entrer dans la loi, à la va-vite, donnent le tournis.
Lisez l’article de Guyonne de Montjou sur ce qui se passe et doit se passer à l‘Assemblée nationale à l’occasion de la révision de la loi de bioéthique (cliquez)
Par Mgr Pierre d’Ornellas, l’Église catholique continue de faire entendre sa voix sur les enjeux de ce projet de loi.
Lisez sa chronique dans le Journal La Croix (cliquez)

+++

Messe à 11 heures, chaque dimanche
à l’église du Mesnil Saint Denis

+++++

Saint Padre Pio : Témoignages sur la médisance et le pardon. Cliquez.


20200516_202910

+++++

A tout moment vous pouvez « participer à la quête » ou faire un don à la paroisse (don anonyme, sans reçu fiscal) . Après ces temps sans aucune quête dominicale, votre offrande est évidemment particulièrement importante pour notre paroisse.  Pour participer, cliquez ici

Il est aussi possible de « participer à la quête » au moyen de votre smartphone en chargeant l’application « La Quête ». Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site internet (cliquez ici)

+++++

En semaine, la communion sera d’abord donnée dans la main. Elle sera donnée ensuite sur la langue. En cas de contact physique ou d’oubli (une personne voulant communier dans la main après qu’elle ait été donnée sur la langue), la communion ne se poursuivra pas sans lavement des mains avec du gel hydroalcoolique.

Nous vous invitons à prendre connaissance des consignes pratiques en vue de votre participation à une célébration eucharistique à la Paroisse Saint Denis en cliquant ici

 

Avez-vous remarqué la présence depuis quelques jours d’une nouvelle « page » sur Clématite? Quelques photos à regarder sur « Il n’y a pas que… »