Le mardi 26 juillet 2016, le Père Jacques Hamel était assassiné dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray à l’issue de la messe du matin par deux jeunes djihadistes français téléguidés par Daech. Sur le panneau qui relate les faits dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray rouverte au culte, Guy Coponet, qui assistait à la messe du Père Hamel et qui a été égorgé comme lui, mais a survécu, déclare : «Je crois que si Dieu a permis que je sois encore vivant, c’est pour que je puisse témoigner, et faire connaître les dernières paroles du père Hamel : “Va-t’en, Satan! Satan, va-t’en !”». Ces paroles ont été révélées par l’archevêque de Rouen dans l’homélie qu’il a prononcée lors des obsèques du Père Hamel, le 2 août 2016. Le Père Hamel a donc d’abord cherché à se défendre en exorcisant un possédé.
Il faut dire que le père avait l’habitude de réciter chaque matin cette prière provenant du « petit exorcisme » de Léon XIII : Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous en supplions humblement. Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer, par la Puissance Divine, Satan et tous les esprits malins qui infestent le monde pour la perte des âmes. Amen.
Le dimanche 24 avril 1994, dimanche du Bon Pasteur, au cours de la prière du Regina Cæli (§4. cliquez), Jean Paul II avait appelé les chrétiens du monde entier à réciter cette prière à Saint Michel Archange en ces termes :
« Puisse la prière nous fortifier pour ce combat spirituel dont parle la lettre aux Ephésiens : «Rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force» (Ephésiens, VI, 10). C’est à ce même combat que se réfère le Livre de l’Apocalypse, nous mettant devant les yeux l’image de Saint Michel Archange (cf. Ap 12, 7). Le pape Léon XIII avait certainement bien présente cette image quand, à la fin du siècle dernier, il introduisit dans l’Église toute entière une prière spéciale à Saint Michel : « Saint Michel Archange, défends-nous dans le combat contre le mal et les embûches du malin, soit notre rempart…. » Même si aujourd’hui on ne récite plus cette prière à la fin de la célébration eucharistique, je vous invite tous à ne pas l’oublier mais à la réciter pour obtenir d’être aidés dans le combat contre les forces des ténèbres et contre l’esprit de ce monde»

 

Mère Teresa nous parle de la prière…
« Aimez prier, ressentez souvent le besoin de prier dans la journée, et prenez la peine de le faire. Si vous voulez prier mieux, priez davantage. La prière dilate le cœur jusqu’à ce qu’il puisse contenir le don que Dieu a fait de Lui-même. Demandez et cherchez, et votre cœur s’agrandira jusqu’à pouvoir le recevoir et le garder comme vôtre […].

La prière, pour être féconde, doit venir du cœur et toucher le Cœur de Dieu […]. La prière ne consiste pas en de longues phrases, mais dans la ferveur du désir qui soulevait le Cœur de Jésus.
Si nous voulons vraiment prier, il nous faut d’abord apprendre à écouter : Dieu parle dans le silence du cœur. Et pour être en mesure de percevoir ce silence et d’entendre Dieu, il nous faut un cœur pur ; un cœur pur peut voir Dieu, peut écouter Dieu.
Quand il est difficile de prier, nous devons nous y aider. En premier lieu, nous devons avoir recours au silence car les âmes de prière sont des âmes de grand silence. Nous ne pouvons nous mettre directement en présence de Dieu si nous ne pratiquons pas le silence, à la fois extérieur et intérieur. Dieu est l’ami du silence.
Adorons Jésus dans nos cœurs : Il a passé trente-trois années de sa vie dans le silence ; Il est entré dans la vie publique en passant quarante jours dans le silence ; souvent Il se retirait seul pour passer la nuit dans le silence de la montagne. […]
Adorons Jésus dans le silence eucharistique. […] Plus nous recevons en silencieuse prière, plus nous donnerons dans notre vie active. »
Sainte Mère Teresa

°°°

Ce que vous trouviez ici (en particulier les petits textes)
se trouve maintenant à la page « ANNALES »
(cliquez).

==================

Vous pouvez « participer à la quête » ou faire un don à la paroisse (don anonyme, sans reçu fiscal) au moyen de votre smartphone en chargeant l’application « La Quête ». Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site internet (cliquez ici)